Hypothyroïdie – causes, symptômes, traitement et prophylaxie

Lorsqu’on se plaigne de fatigue, de somnolence, de problèmes de concentration, de problèmes digestifs, de problèmes de peau ou d’instabilité émotionnelle, on n’est généralement pas conscient que ces conditions peuvent être causées par une dysfonction thyroïdienne. Cependant, ce sont précisément les troubles de cet organe qui donnent souvent des symptômes suggérant soit d’autres maladies, soit des problèmes de santé temporaires qui ne nécessitent pas de traitement.

Qu’est-ce que la glande thyroïde et quel est son rôle ?

Cette glande de sécrétion interne, que l’on trouve chez tous les vertébrés, est d’une grande importance pour le bon métabolisme, la gestion hormonale et le fonctionnement de l’organisme entier. Il s’agit d’une condition extrêmement importante pour notre santé, donc tout désordre peut avoir des conséquences négatives pour l’organisme, parfois même irréversibles. La fonction de la glande thyroïde est de produire les hormones nécessaires à la stabilisation de tous les processus métaboliques.

Voici les hormones thyroïdiennes :

  • thyroxine – stimulant la synthèse des protéines, la dégradation des graisses et les processus d’oxydation dans les tissus, affectant le fonctionnement des gonades
  • triiodothyronine – exerce une fonction similaire mais est plus active que la thyroxine
  • calcitonine – est responsable du métabolisme du phosphate et du calcium

Un niveau inapproprié, trop élevé ou trop faible d’hormones produites par la glande thyroïde entraîne des maladies, l’hyperthyroïdie en cas de surproduction et l’hypothyroïdie en cas de niveau trop bas. Une autre cause de maladies thyroïdiennes sont les changements pathologiques dans la taille ou la structure de cet organe, comme tumeur ou goitre, et enfin l’inflammation entraînant une perturbation de la sécrétion correcte des hormones.

Soutien complet de la thyroïde : Thyrolin

Thyrolin

Hypothyroïdie – causes

L’hypothyroïdie thyroïdienne peut avoir diverses causes. Si une quantité insuffisante d’hormones résulte de changements dans la structure de la glande elle-même, il s’agit de l’hypothyroïdie primaire, et si cela résulte d’une stimulation insuffisante de la part de la glande pituitaire (qui régule la sécrétion des hormones), il s’agit de l’hypothyroïdie secondaire. Parfois, l’hypothyroïdie tertiaire peut également survenir, résultant d’une quantité insuffisante d’hormone TSH produite par l’hypothalamus.

La cause la plus fréquente de l’hypothyroïdie primaire est la maladie de Hashimoto, une thyroïdite auto-immune chronique, suite à laquelle le système immunitaire attaque les enzymes naturellement présentes dans le corps. Elle peut également résulter d’une carence en iode, d’une thyroïdectomie totale ou partielle ou d’une irradiation de la région de la glande pendant le traitement du cancer.

Cependant, une lésion ou un cancer de l’hypophyse entraîne parfois une hypothyroïdie secondaire ou tertiaire, ainsi que la sarcoïdose, la thyroïdite du post-partum et certains médicaments.

Hypothyroïdie – symptômes

La maladie peut se manifester sous deux formes – latente, subclinique ou clinique, déclarée. L’hypothyroïdie latente peut être difficile à diagnostiquer parce qu’elle donne des symptômes non spécifiques, difficiles à remarquer ou non associés à la thyroïde. Il s’agit, par exemple, de la fatigue chronique, de la somnolence, des troubles de l’humeur, de la difficulté à se concentrer. On peut facilement attribuer ces symptômes à la surcharge de travail et les sous-estimer.

Cependant, surtout si elle s’accompagne de problèmes digestifs, d’une sensation constante de froid, d’un gain de poids injustifié, de perte de cheveux et d’une peau pâle et sèche, nous sommes confrontés à des troubles graves résultant d’une baisse des niveaux hormonaux.

Dans le cas de l’hypothyroïdie clinique, les symptômes sont si graves qu’ils ne peuvent être négligés et qui, de plus, empêchent le fonctionnement normal. En plus de ce qui a été mentionné ci-dessus, on peut observer :

  • dyspnée
  • lenteur motrice et mentale
  • gonflements
  • raideur et douleur articulaire
  • dépression
  • instabilité émotionnelle
  • troubles de la libido et de la reproduction

L’hypothyroïdie non traitée peut avoir des conséquences très négatives, parfois irréversibles, sur l’ensemble du corps. Il s’agit notamment de troubles tels que l’augmentation du taux de cholestérol sanguin, le ralentissement du rythme cardiaque, la diminution de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, l’accumulation de liquide dans le sac péricardique ou la cavité abdominale, l’hypertrophie cardiaque, la dégénérescence de la muqueuse gastrique, l’enflure du cou, c’est-à-dire les goitres, la faiblesse ou perte auditive.

Hypothyroïdie – traitement et prévention

Pour diagnostiquer l’hypothyroïdie, on utilise le test de concentration d’hormones thyroïdiennes (TSH), qui permet de diagnostiquer une hypothyroïdie même asymptomatique. Dans la plupart des cas, le traitement consiste en l’administration orale à long terme d’hormones thyroïdiennes synthétiques afin de rétablir leur niveau correct dans l’organisme.

Beaucoup de gens croient que le médicament le plus efficace est l’iode pour la glande thyroïde. C’est en effet un élément essentiel dans la production des hormones thyroïdiennes, mais sa supplémentation en cas d’hypothyroïdie est assez rarement administrée, principalement pour les femmes enceintes. La France est classée comme une région ayant un approvisionnement suffisant en iode, non seulement en raison de sa teneur en iode dans l’air, mais aussi en raison de la disponibilité du sel de cuisine iodé. Ainsi, la supplémentation en iode est généralement effectuée en cas de carence ou en période d’augmentation de la demande.

Par contre, la prévention joue un rôle extrêmement important. Il s’agit tout d’abord de l’activité physique et de l’alimentation. Un régime approprié pour l’hypothyroïdie comprend des produits contenant de l’iode, du fer, du zinc et du sélénium. L’iode se trouve dans les poissons et crustacés marins, le fer dans la viande et les produits céréaliers, le zinc dans les graines, les pépins, le gruau, les produits à grains entiers, le sélénium dans le poisson et les fruits de mer, les champignons, l’ail et les légumes.

Les remèdes à base de plantes pour l’hypothyroïdie jouent en fait un rôle de soutien. Le traitement à base de plantes comprend, entre autres, des plantes comme le fucus vésiculeux riche en iode, la réglisse, les graines de lin, l’onagre, l’onagre, l’ashwagandha, l’ortie indienne, le gingembre, les gaillets, le guggulu, la renouée des oiseaux. Des mélanges ou suppléments à base de plantes spécialement composés contenant des herbes et d’autres substances bioactives naturelles soutenant la fonction thyroïdienne, telles que Thyrolin, sont également administrés.

Cela pourrait vous intéresser :

Category: santé

6 comments

  1. J’ai la plupart des symptômes de l’hypothyroïdie, y compris la prise de poids, la baisse de l’humeur, la fatigue, la sécheresse de la peau, la perte de cheveux, etc. J’ai fait quelques tests, mais apparemment tout va bien, c’est-à-dire que je présente un très léger écart de la norme pour les hormones thyroïdiennes. Presque pas du tout. En théorie, il n’y a donc pas de problème d’hypothyroïdie. Je n’ai pas pris de médicaments et je me sens de pire en pire. Qu’est-ce que je fais ? Quelqu’un a-t-il connu une situation semblable ?

  2. J’ai vécu une expérience très similaire. Les résultats n’ont rien montré non plus, le médecin a dit qu’il n’y avait rien pour se préocupper, la glande thyroïde était saine et j’avais la plupart des symptômes d’hypothyroïdie. Dans mon cas, les suppléments d’iode, un changement de régime alimentaire (lisez un peu sur le régime pour l’hypothyroïdie), un changement de travail pour un moins stressant, un peu de sport, voilà ce qui m’a aidé…… Quant à l’embonpoint, je l’ai toujours, mais il diminue. J’ai commencé à réfléchir si le surpoids était vraiment lié à l’hypothyroïdie ou peut-être à mon mode de vie assis 😉

  3. C’était un peu différent dans mon cas. On m’a diagnostiqué une hypothyroïdie, j’ai pris des médicaments pendant quelques mois, mais ils n’ont pas très bien fait leur travail, alors j’ai arrêté le traitement. J’ai commencé à chercher des remèdes alternatifs pour l’hypothyroïdie et je suis donc tombé sur ashwagande, forskoline, iode. J’ai aussi commencé à manger comme recommandé en cas de l’hypothyroïdie. Et à la fin, tout cela a aidé plus que la drogue.

  4. Je pense aussi que le régime est la base. Certaines personnes pensent que la glande thyroïde peut être réparée en un clin d’oeil avec les médicaments, mais malheureusement c’est souvent complètement différent. Changez d’abord votre mode de vie pour un plus sain, et votre glande thyroïde commencera à mieux fonctionner immédiatement.

  5. Les changements alimentaires et les suppléments qui soutiennent la glande thyroïde m’ont aussi aidé. Tout s’est stabilisé jusqu’ici. Heureusement, parce que je ne voulais même pas entendre parler de médicaments contre l’hypothyroïdie.

  6. Je ne crois pas à la chimie non plus, et j’ai décidé de combattre mon hypothyroïdie de façon naturelle. Regardez un peu le web et vous y trouverez beaucoup d’informations utiles. Tout d’abord, les herbes et les suppléments pour la glande thyroïde – le choix est très large. Il est également important de bien manger, de rester positif, d’acquérir la capacité de faire face au stress et de mener une vie active. Un tel traitement multidirectionnel a changé ma vie 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article by: piotr